POTION : pour les articulations

Pour nourrir la connaissance de soi et apprendre avec l'ancien savoir de la nature, je propose ici une potion tout à fait magique, pour soigner nos articulations.



CONNAÎTRE LES PLANTES


BAMBOU : parler du bambou c'est dense, puisqu'il existe plus de 1300 espèces dans le monde ! Celui utilisé à des fins médicinaux est le bambou épineux, car il est particulièrement riche en matières minérales.

ses bénéfices : le bambou aide à augmenter la résistance des tissus et des fibres des cartilages qui constituent les articulations. Si tu oublies à quoi il sert, pense à sa tige très flexible qui ne se casse jamais : à l'image d'une articulation saine.

- Plante puissante à éviter pendant la grossesse et l'allaitement.


CURCUMA : le curcuma, originaire de l'Inde (cultivé maintenant aussi en Afrique et aux Antilles) est surtout utilisé dans sa forme de rhizome poudrée et a une appellation qui me plaît bien le safran des Indes. C'est bien lui qui donne cette fameuse couleur jaune au curry et qui peut être utilisé comme colorant naturel.

ses bénéfices : le curcuma est parmi les anti-inflammatoires naturels, donc il sert au soulagement de la douleur et est aussi utilisé dans les traitements du foie.

- Épice ancienne à éviter pendant la grossesse et l'allaitement.


ORTIE : l'ortie a ce joli prénom qui dérive du mot urtica en latin, ce que veut dire brûler. Cependant, une fois les feuilles lavées, elles sont douces au toucher et prêtes pour les préparations !

ses bénéfices : les feuilles d'ortie sont remplies de propriétés qui veillent à la bonne santé des cartilages. Elles sont très conseillées pour apaiser les articulations en cas de choc ou d'efforts excessifs (même si le meilleur remède pour l’excès, selon moi, c'est d'apprendre par sa leçon).

- Feuille populaire à éviter pendant la grossesse et l'allaitement.



LA POTION ET LE TRAITEMENT


J'ai utilisé cette potion lors d'un épisode persistant de douleurs aux articulations d'un genoux, suite à un accident de capoeira. Tous les matins, pendant trois semaines,

j'ai ajouté :

  • une cuillère à dessert rase d'ortie en poudre

  • une cuillère à dessert rase de curcuma en poudre

  • une demie cuillère à dessert de bambou en poudre

à un boisson :

  • de l'eau

  • jus de fruit naturel, sans sucre

  • fruits de saison

  • lait végétal

Avec cette potion matinale, j'ai ajouté tout au long de mes journées, l'élément les plus puissant dans la guérison : l'eau. En abondance !

Et à cela, une alimentation riche en fibres pour permettre à mon corps de mieux libérer les toxines et ainsi, mieux assimiler le traitement.


NOTE SUR LA QUANTITÉ


Nous sommes uniques. Donc l'écoute de soi-même et de son corps ne peut se faire que depuis l'intérieur. Les quantités que je vous propose ici sont celles de mon usage et d'un usage plus répandu. Il y a cependant, des traitements où cette potion est utilisée deux fois par jours : le matin et le soir. Il y a aussi par exemple, le poivre noir, très utilisé quotidiennement de partout, mais qui si mélangé avec le curcuma, le rend plus puissant puisque facilitateur de son absorption par notre organisme.


Donc le soin, ce n'est pas comme une recette de gâteau aux quantités identiques pour tout le monde, le soin est une affaire personnelle. Mon conseil donc si tu n'es pas sûr.e de la quantité idéale pour toi : fait le traitement le plus humble en quantité, pendant les trois semaines, et au long de cette expérience essaye de travailler l'écoute de soi.


NOTE SUR LA CONSCIENCE


Lors de l'achat d'une plante ou d'un dérivé, il est très important de connaître son origine aussi bien que son cheminement pour arriver jusqu'à nous. Comme dit sur ma vidéo, notre bien-être ne doit pas couter le bien-être d'un autre, donc cherchons l'équitabilité.

Pour se faire on peut suivre plusieurs chemins :

  • Aller vers les coopératives qui se manifestent dans diverses régions du monde, pour tenter de protéger les familles cultivatrices de plantes et de savoirs traditionnels.

  • Éveiller nos liens, en demandant à des ami.e.s de nous amener des épices, racines, plantes et feuilles de chez-eux (eh oui, si tu ne diversifies pas ton entourage et s'ouvre aux gens du monde, tu seras bien embêté.e).

  • Trouver des substituts pour l’ingrédient, attendre qu'une opportunité se présente pour le procurer, ou accepter son absence, tout simplement.

Si tu as tes propres expériences avec des plantes et des traitements naturels que t'aimerais partager, exprime-toi en commentaire ici ou dans la vidéo sur YouTube, merci !



84 views0 comments

Recent Posts

See All